Histoire
À la Révolution, la paroisse Saint-Pierre de Castillon forme la commune de Castillon (canton d'Auros).

Le 27 janvier 1956, la commune de Castillon devient Castillon-de-Castets pour distinguer la commune des autres Castillon français et du fait de la proximité de Castets-en-Dorthe.
L'église Saint-Pierre
L'église Saint-Pierre, de style roman, est située au cœur du bourg.

L’église romane de Castillon-en-Castets fait l’objet d’une importante restauration au XIXe siècle. Si d’importants travaux sont effectués dans l’église de Castillon-en-Castets en 1882 par l’architecte Léon Drouyn, fils de l’archéologue Léo Drouyn, le chœur roman et son abside sont conservés. D’ailleurs, cette abside semi-circulaire est recouverte d’une voûte en cul-de-four bien appareillé. La chapelle sud quant à elle est entièrement reconstruite au XIXe siècle. Il s’agit de l’ancienne chapelle seigneuriale des Baritault, propriétaires du Carpia, qui y ont leur sépulture. Enfin, un porche protège la porte d’entrée ogivale. Au-dessus de laquelle, s’élève un mur-clocher au pignon très aigu. L’église est entourée d’un cimetière où un étonnant monument funéraire est à observer puisque doté d’une colonne torse.
La façade coté cimetièreLe chevet de l'égliseLe chœur de l'église
Le château du Carpia
Le château du Carpia, au sud de la commune, est la propriété d'une personne privée. Il est classé monument historique depuis 2004.

Le château se trouve à environ deux km au sud-est du bourg, au lieu-dit Le Mayne.



  
Château du Carpia
De la maison noble de la famille de Baritault du Carpia2 originelle reste la tour d'escalier, en façade sud, est la partie la plus ancienne, de la fin du xve siècle ou du début du xvie siècle. Le corps de logis et les bâtiments annexes ont été construits ou reconstruits entre le xviiie siècle et le xxe siècle.

Il est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 6 août 20043 pour le château lui-même et son orangerie, un pigeonnier, ses communs, son mur de clôture, sa grille et son décor intérieur.

Le château, aujourd'hui propriété d'un descendant à la dixième génération de Pierre de Baritault, est entouré d'une propriété d'environ 133 ha majoritairement consacrés à la culture de céréales biologiques et dont une petite part (22 ha) constitue un domaine viticole qui produit des vins d'appellation d'origine contrôlée Bordeaux qui bénéficient depuis 2009 du label Agriculture biologique.